Nathalie et Béatrice : chemin de confiance et mise en commun

Christguingamp0748De Nathalie (Abidjan, 39 ans)

« En lien avec le Christ

Le vœu de pauvreté  m’invite à faire davantage confiance au Christ à travers les différentes médiations. Il m’apprend à me rendre disponible pour écouter, accueillir ses appels et y répondre alors que spontanément je n’aurai pas pris cette voie. Le vœu de pauvreté fait grandir en moi le Christ en me dépossédant inlassablement de tout ce qui est obstacle à un abandon total de ma personne au Christ.

En lien avec l’argent et les choses

Dans la vie religieuse,  je fais l’expérience que le vœu de pauvreté rime avec générosité et solidarité.

Christ+simon0666Ce fut une découverte surprenante dans le contexte de notre région (Afrique), comment pouvions-nous donner alors que nous n’avions pas de quoi subvenir totalement à nos besoins? Cela est rendu possible par la mise en commun des biens. La conversion a été d’apprendre à compter sur l’autre sans culpabiliser…Ce n’est pas toujours facile! »

De Béatrice (42 ans)

 » Par le voeu de pauvreté, je ne dispose plus de « mon » argent comme je l’entends, moi toute seule. Cet argent est mis dans un pot commun, et à partir de là je prends ce dont j’ai besoin, en me référant à quelqu’un.

VETEMENTS1 070Les premiers effets que cela a eu, ont été de me limiter, en terme d’achats de vêtements par exemple ou d’éviter les charges inutiles comme des contraventions pour n’avoir pas payé le ticket de stationnement. J’étais plus « négligente » avant! On pourrait ne voir dans cette limitation que son aspect restrictif. Sur un point comme les vêtements, j’ai plutôt envie de souligner une question d’attention, pour une raison de responsabilité collective par rapport à ce que nous faisons de cet argent.

De fait, la mise en commun ne me met pas dans le besoin. J’ai ce qu’il me faut, y compris pour assurer une activité professionnelle à responsabilité, mais je m’interroge davantage lors d’un achat : en ai-je vraiment besoin? Il m’est arrivé aussi de réparer, recoudre bien plus qu’avant.

Ccadeauxe qui me coûte davantage, c’est de ne plus être autant dépensière pour les cadeaux ou les trajets pour rendre visite à des amis à travers le monde… Cela m’a forcée à être parfois plus inventive ou plus « symbolique » dans les cadeaux que je faisais, et j’ai aussi constaté combien les relations pouvaient durer et rester de qualité même lorsque les rencontres se font rares. J’expérimente ce que tant d’autres, familles ou personnes vivent, à savoir ne pas disposer de tout, devoir faire des choix.

Mon milieu professionnel « d’avant la xavière » m’aurait permis de faire partie des « privilégiés »  qui ne se posent pas ces questions. Le choix de la vie religieuse me conduit à résister à une consommation à outrance qui repaît, mais en fait ne satisfait pas, et cela peut aussi être vrai dans les relations!. Il me conduit à éviter tout gaspillage et à recevoir la joie d’une certaine simplicité de vie, qui désire le partage avec d’autres, notamment ceux qui sont plus pauvres. Partager cette sensibilité avec l’ensemble de la Xavière m’aide, me maintient dans la vigilance et l’ouverture.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Cliquer ici pour rédiger un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s