Le pape François à la 38e session de la FAO

SAM_2920DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
AUX PARTICIPANTS À LA 38e SESSION DE LA FAO (20 juin 2013)

… Les initiatives et les solutions possibles sont très nombreuses et ne se limitent pas à l’augmentation de la production. Chacun sait que la production actuelle est suffisante, et il y a pourtant des millions de personnes qui souffrent et meurent de faim ; cela, chers amis, constitue un véritable scandale. Il est alors nécessaire de trouver les moyens pour que tous puissent bénéficier des fruits de la terre, non seulement pour éviter que ne s’élargisse le fossé entre qui a davantage et qui doit se contenter des miettes, mais aussi et surtout pour une exigence de justice et d’équité et de respect envers chaque être humain.

SAM_2968Je crois que le sens de notre rencontre est de partager l’idée que l’on peut et que l’on doit faire quelque chose en plus pour donner vigueur à l’action internationale en faveur des pauvres, sans être animés seulement par la bonne volonté ou, ce qui est pire, par des promesses qui souvent n’ont pas été maintenues. Pas plus qu’on ne peut continuer à prétexter comme alibi, un alibi quotidien, la crise mondiale actuelle, dont d’ailleurs on ne pourra sortir complètement tant que les situations et les conditions de vie ne seront pas considérées à travers le prisme de la personne humaine et de sa dignité.

small_africaPersonne et dignité humaine risquent de devenir une abstraction face à des questions comme le recours à la force, la guerre, la malnutrition, l’exclusion, la violence, la violation des libertés fondamentales ou la spéculation financière, qui en ce moment conditionne le prix des aliments, en les traitant comme n’importe quelle autre marchandise, oubliant leur destination primaire. Notre tâche est de reproposer, dans le contexte international actuel, la personne et la dignité humaine non comme un simple rappel, mais plutôt comme les piliers sur lesquels construire des règles partagées et des structures qui, en dépassant le pragmatisme ou le seul constat technique, soient en mesure d’éliminer les divisions et de combler les différences existantes. Dans cette direction, il est nécessaire de combattre les intérêts économiques myopes et les logiques de pouvoir de quelques-uns qui excluent la majorité de la population mondiale et engendrent pauvreté et exclusion avec des effets désagrégeants sur la société, de même qu’il est nécessaire de combattre la corruption qui produit des privilèges pour certains et des injustices pour le plus grand nombre.

La situation que nous vivons, bien que directement liée à des facteurs financiers et économiques, est aussi la conséquence d’une crise de convictions et de valeurs, y compris celles qui sont à la base de la vie internationale. C’est un cadre qui impose d’entreprendre une œuvre consciente et sérieuse de reconstruction qui touche aussi la FAO. Et je veux souligner, je veux signaler le mot : œuvre de reconstruction…

Pour lire le texte intégral : Discours du pape François à la 38e session de la FAO, 20-06-2013

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Cliquer ici pour rédiger un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s